ACTION  SECURITE  ROUTIERE

  RECUPERATION DE POINTS 

  01.64.20.71.68          06.75.85.30.12


DOSSIER VITESSE

THEME RETRAIT DE POINTS

 Le nombre de points retirés varie avec le nombre de Km/h retenus au dessus de la vitesse autorisée. Il faut bien distinguer la vitesse retenue de la vitesse enregistrée, elle même différente de celle indiquée par le compteur de vitesse du véhicule.


Permis probatoire attention:

La vitesse retenue sera calculée à partir de la vitesse autorisée pour les jeunes conducteurs en période probatoire. Ainsi, pour une vitesse autorisée de 90 km/h, si vous êtes contrôlé à vitesse retenue 105 km/h, l'excès n'est pas de 15 km/h mais de 25 km/h puisque votre vitesse autorisée sur route à 90 km/h est ramenée à 80 km/h pendant votre période probatoire. Vous perdrez donc 2 points!

BAREME

Pour un excès de vitesse inférieur à 20 Km/h le point retiré est restitué dans les 6 mois qui suivent, la date de départ étant celle de réalité de l'infraction. (voir: "date de valeur")


THEME  CONTROLE DE LA VITESSE

Contrôle de visu:

La vitesse exacte n'est pas enregistrée par un cinémomètre mais appréciée par l'agent, éventuellement indiquée par un appareil non homologué pour les verbalisations (indicateur de vitesse tableau de bord du véhicule). Cette appréciation de vitesse excessive donne lieu à une verbalisation sans retrait de point.


Contrôle cinémomètre radar homologué:

Donne lieu à retrait de point puisque la vitesse est indiquée avec exactitude. Une marge de sécurité compensatrice d'éventuelles erreurs abaisse la vitesse. Il y a donc vitesse enregistrée par l'appareil  de contrôle et vitesse retenue pour établir la contravention. Entre les deux la différence est variable suivant qu'il s'agit d'un radar fixe ou mobile.


Cinémomètre fixe:

Par définition c'est un cinémomètre qui est immobile durant le contrôle. Celà ne veut pas dire qu'il est fixé définitivement ! Un radar de type automatique est évidemment fixe. Mais un  radar déplaçable est également un radar fixe durant sa mise en fonction dès lors que sa position ne change pas. 

Quelques exemples de radars fixes:


Cinémomètre mobile:
C'est un cinémomètre qui se déplace durant le contrôle, il est embarqué dans un véhicule terrestre ou aérien en marche.

Quelques exemples de radars mobiles:



LES DIFFERENTES VITESSES

Il existe plusieurs vitesses:
- Vitesse compteur de la voiture
- Vitesse indiquée par le GPS
- Vitesse enregistrée par le cinémomètres
La vitesse indiquée par le compteur demeure imprécise: elle peut être altérée notamment par un changement de marque de pneumatiques, leur état ou leur pression. Cette vitesse est programmée pour être quelque peu supérieure à la vérité. Si vous ne dépassez pas la vitesse autorisée en vous basant sur la lecture du compteur vous ne devriez pas être pris en infraction.















La vitesse indiquée par le GPS provient d'une interpolation d'informations extérieures au véhicule. C'est en fait les données satellites qui permettent au logiciel de votre GPS de vous indiquer votre vitesse de déplacement par rapport à la terre.


Vitesse enregistrée: c'est la vitesse lue à l'écran par l'utilisateur du cinémomètre radar. Cette vitesse est identique à celle indiquée par votre GPS. Elle est donc exacte. Toutefois, pour éviter des sources de contestation, cette vitesse est réduite d'une valeur variable afin de fournir la vitesse dite " retenue". C'est à partir de cette dernière que la gravité de l'infraction est qualifiée. Les tableaux ci-après vous indiquent la vitesse retenue pour chaque vitesse enregistrée.


Par exemple:

Vitesse enregistrée par un radar fixe = 60 km/h, la vitesse retenue pour la contravention sera 55 km/h. Dans le cas d'un mobile on ne retiendra que 50 km/h.



TABLEAUX DE CORRECTION DES VITESSES ENREGISTREES


Ces tableaux permettent de lire directement la vitesse retenue pour la verbalisation (valeur retenue pour les retrait de points et l'immobilisation du véhicule) à partir de la vitesse enregistrée.

Téléchargez gratuitement ces fiches:         Fiche 1   /     Fiche 2   /       Fiche 3


THEME INCIDENCE SUR LES ACCIDENTS


La vitesse agit sur deux niveaux:


1) le déclenchement de l'accident, parce que je roule vite je ne peux pas maîtriser la situation


2) la gravité de l'accident, parce que je roule vite l'accident est plus grave


Pour un même accident la vitesse peut agir sur l'un des niveaux ou sur les deux.

LES DEUX NIVEAUX
FACTEUR  DECLENCHANT

Quand la vitesse double nous disposons de moitié moins de temps pour agir car à temps de réaction égal nous parcourons le double de distance pendant ce temps. Le nombre d'informations à traiter est également doublé. Nous pouvons arriver au seuil de saturation de notre capacité d'analyse: trop d'informations en peu de temps = informations non traitées.

Par ailleurs le véhicule est soumis à deux lois physiques incontournables qui sont proportionnelles au carré de la vitesse:
- l'énergie cinétique qui s'oppose au freinage
- la force centrifuge qui pousse le véhicule vers l'extérieur des courbes.

Quand la vitesse est doublée ces deux forces sont multipliées par 4. En conséquence pour une vitesse doublée il faut 4 fois plus de distance de freinage qui vient s'ajouter à une distance parcourue pendant le temps de réaction elle même doublée.

En courbe, pour une vitesse doublée, la force centrifuge est multipliée par 4, le véhicule subit une poussée 4 fois plus forte vers l'extérieur de la courbe. Les pneus ont 4 fois plus de difficulté à résister à la poussée latérale qui tend à les déformer, causant ainsi une dérive de trajectoire. L'adhérence au sol qui s'oppose au glissement latéral de la voiture est également compromise: la force qui tend à faire glisser la voiture est multipliée par 4!

Le transfert de charge latéral qui tend à incliner la voiture et le mettre en appui sur les routes extérieures à la courbe est lui même multiplié par 4. Ce qui signifie que les suspensions extérieure doivent supporter une charge 4 fois plus élevé pour une vitesse seulement doublée.

Nous avons toutes les conditions qui mènent à la perte de contrôle du véhicule, la probabilité de celle ci est multipliée par 4 dès que la vitesse est doublée.Pour une vitesse triplée, ces chiffres sont multipliés par 9 et par 16 pour une vitesse quadruplée.


FACTEUR  AGGRAVANT

La force qui se dissipe sous forme de destruction lors d'un choc est l'énergie cinétique, la même qui s'oppose au freinage. Elle est proportionnelle au carré de la vitesse ce qui signifie que pour une vitesse doublée les conséquences en terme de choc seront multipliée par 4. Cette proportion explique que pour quelques Km/h de plus nous changeons totalement de scénario en terme de violence de choc.



INFLUENCE DE LA VITESSE SUR UN TEMPS DE TRAJET